18 juin, 2007

En guise de présentation

Classé dans : Non classé — jcbar @ 17:22

    Ce n’est qu’un blog fouillis qui sert à tout et à rien. Pour l’instant nous ne sommes que trois types graphomanes et chaotiques à la recherche d’autres de même tonneau ou même pire…mieux. Tous peuvent participer en envoyant des articles, histoires, poèmes et autres billevesées pseudo-littéraires au courriel indiqué ci-dessous. Les thèmes sont libres et il n’y a pas de censure (éviter la politique).    Les premiers exemples publiés témoignent de l’éclectisme hétéroclite de nos intentions. Nous acceptons toutes les langues.  Je signale quand même l’initiative Libérez Sisyphe! lancée par Kaiser Sozet. 

Salut 


    
 Pour vos envois : bargejean@yahoo.fr   

14 octobre, 2008

DIX PETITS SOLDATS EN AFGHANISTAN

Classé dans : Non classé — jcbar @ 17:25

                                  Il y a bien fallut qu’on nous le dise que l’un de nos soldats a été égorgé par les coraniques. Ces talibans sont enfants de madrasas pas enfants de chœur, ils ne rechignent pas au carnage manuel. Un ennemi pris dans une embuscade devient agneau voué à la boucherie halal. D’abord on l’encule puis on l’égorge. Vous pensez dans leurs montagnes… pas de femmes… le corps doit exulter d’une façon ou d’une autre alors ils font comme  avec les moutons… Quand par miracle ils ont des femmes ils les traitent pire que les moutons. Elles sont tellement impures qu’elles doivent se cacher sous leur burka. Le mot pitié n’a pas de traduction dans le dialecte taliban… Rappelez-vous… fin des années 80… les pioupious soviets prisonniers des coraniques … taillés en pièces à la scie, sans bras ni jambes, sodomisés et renvoyés troncs dans leur famille. Souvenirs d’Afghanistan. Il est vrai que les popofs n’étaient pas des tendres non plus…  Quand on envoie des bidasses dans ces patelins pourris on doit bien se  mettre en tête ce genre de petits détails. Ce n’est pas la même civilisation… oui j’ai écrit “civilisation” par inadvertance mais je le laisse à toute fin utile…  On se retrouve là-bas dans leur “civilisation” du pavot à vendre ou à échanger contre des armes et des toyotas. Les coraniques ne s’embarrassent pas non plus de moralité. Je ne sais pas quel verset du coran suggère de distribuer la came dans toute la planète mais il y a certainement un mullah qui l’a extrait de leur livre sacré… sacré bouquin… alibi perpétuel… Ils dégotent toujours un verset de la sourate Al-Machin pour justifier toutes leurs saloperies…  Bien que je sois imprégné de culture chrétienne je n’ai pas du tout envie de leur tendre l’autre joue… dix autres bidasses à égorger… Pourtant il faut se décider sur une conduite à suivre ; ou on s’en va ou on met vraiment le paquet pour en finir une bonne fois. Si nous partons nos dix soldats seront morts pour rien et les coraniques (la mère de ton méchoui) recommenceront tranquillos à faire vivre tout un peuple dans leur vision du moyen-âge .     Alter Cantus          

3 octobre, 2008

A tous ceux qui écoutent leur gouvernement

Classé dans : Non classé — jcbar @ 17:25

  Musset ou bien Vigny disait qu’il ne faut jamais croire aux assurances des gouvernements. Il avait bien raison. Un gouvernement qui parle c’est un gouvernement qui ment. Il ne faut donc jamais écouter les élucubrations des porte-paroles lorsqu’ils vous assurent que : 

  • Seules les ritales qui s’appellent Carla et vivant à l’Élisée sont bandantes. Monica aussi fait très bien l’affaire (Monica = Monique… deux qui la tiennent…) Même une Teresa (Thérèse) permet le même usage encore faut-il changer de verbe à la fin pour obtenir le résultat désiré (la rime) 
  • Les fuites nucléaires sont inoffensives et que la population des environs ne court aucun danger. Si en plus un savant officiellement reconnu (Légion d’honneur, Académie française, Institut de France, prout…prout..,) vient vous donnez des explications en pleine téloche. ça pue encore plus et il faut vite se protéger 
  • Dix soldats français morts au combat n’ont subi que les balles ou les rockets des coraniques. On s’aperçoit après que certains ont été égorgés 
  • Vos sous dans les banques sont en sureté et qu’il faut faire confiance aux banquiers si mignons et efficaces qui ne pensent qu’à votre bien-être et à celui de votre fric. Ce n’est pas une plaisanterie, tous ces rustres sans roustons n’ont même plus de portefeuille ils s’enfilent tout directement dans leur calcif vide 
  • S’il donne du fric aux industriels en disant que c’est pour diminuer le chômage vous noterez que tout de suite derrière (“après” n’a pas le même sens hein ?) il y a une augmentation de “rmistes”… problème de conjoncture 
  • Les chômedus préfèrent le RMI à un boulot fixe. Cela ne sert qu’à attiser la guerre des pauvres 
  • Le fichier EDVIGE ne sert absolument pas à vous espionner tous (mais petit à petit vous serez tous là dedans afin d’être objets de chantages en tous genres, mortifications de toutes espèces, traitrises ourdies par des technocrates sans âme et sans honneur). Mais tout le système sera contrôlé pour éviter les abus (qui contrôle le contrôleur ?) Dans les années du nazisme en Teutonie ce genre de fichier existait déjà contre les ennemis du régime, on en parle encore comme d’une honte. Le petit-fils de cet ancêtre tudesque s’appelle EDVIGE. La démocratie est une bonne chose, un mec élu se croit tout permis, disait à-peu-près Tocqueville 
  • Les flics sont là pour protéger le citoyen. Bien sûr il y a des moments où ils se trouvent dans la nécessité de taper un petit peu surtout quand ils se gourent de couleur de peau ou de prénom… (on est obligé de cogner, hein Hamed ? Tu piges bien ça ?…Toi le basané)   
  • La réforme de l’école n’est pas un exercice pour ministre qui veut seulement laisser son nom sur une loi de merde. D’habitude c’est toujours un  ministre analphabète (pléonasme) qui ne sait même pas la syntaxe française (écoutez-les parler. Ils ne connaissent que cinq mots : “je veux faire du pognon”) qui est chargé des grandes réformes de l’instruction publique 
  • Leur première intention est de respecter le résultat des référendums. Mais leur deuxième intention…? 
  • L’on peut absolument leur faire confiance… prout prout ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! 
  • Les ritales nommées Carla vivant à l’Élisée sont les plus grandes chanteuses du monde 

   Finissons en citant Musset ou bien c’est Vigny qui écrivait ceci ou presque: “Un chef de gouvernement est comme un cocher vous l’embauchez lorsqu’il vous est utile et le renvoyez lorsqu’il ne sert plus. Il ne faut nourrir aucun sentiment personnel envers lui”.  Ministre vient du latin minister qui veut dire serviteur.                                                                                                                       Alter Cantus 

3 septembre, 2008

Allez aux urnes Pampillette IV

Classé dans : Non classé — jcbar @ 17:32

Allez aux urnes   Dans vos bureaux de vote, j’y mettrai plus les pieds Lorsque je vois vos urnes j’ai envie de pisser 

Et cette incontinence qui trouble ma vessie Me contraint aux cagoinces tout un mois de ma vie Mais le pire c’est bien sûr quand je vois vos élus Les yeux sortent de ma tronche pris qu’ils sont de berlue 

Ah! sont-ils assez tocards ces monstres politiques S’ils jouaient du clairon on pourrait faire une clique Pour les voir défiler aux foires des cantons Avec ministres en tête qui donneraient le ton 

  Ils se sont faits bien gras sur le dos de la France Et d’un lard si vieux qu’il est devenu rance De gauche ou bien de droite, toujours la même histoire 

On partage un fromage qu ‘ont dû payer les poires J’en sais qui offriraient les miches de leur femme Pour s’asseoir à leur tour à ce banquet infâme Et qu’enfin la famille, les amis, le quartier 

Puissent les admirer bien proprets, bien peignés Sur le petit écran étalant leur connerie De promesse en promesses, puants de tromperie Afin d’embobiner le peuple qui écoute 

Ils se montrent très sûrs, certains, “…sans aucun doute! Je connais le pays, je saurai le gérer Et ainsi tous ensemble nous pourrons progresser Alors votez pour moi, votez donc ma liste 

Donnez nous quat’ cinq ans à faire des tours de piste Toutes vos espérances ne seront point déçues Il renaîtra bientôt ce pays mal fichu…” Bien! Bon! Bravo! Encore! Oh! comme il parle bien 

Ah! oui, je le savais, voilà un bon chrétien On voit l’intelligence, il est bien loin d’êt’ con Et sur mon bulletin d’vote j’y balancerai son nom   

Oh! Français ingénus et de courte mémoire Qui êtes les cocus d’une France sans gloire  Au jour de l’élection restez chez vous au pieu Dormez deux heures de plus vous vous sentirez mieux    Dans vos bureaux de vote j’y mettrai plus les pieds Lorsque je vois vos urnes j’ai envie de pisser 

4 juin, 2008

C’est la faute (Pampillette III)

Classé dans : Non classé — jcbar @ 10:04

C’est la faute   

C’est la faute à personne, c’est la faute à pas de pot Si je n’ai jamais su décrocher le gros lot 

Né pauvre et sans moyens j’ai couru sans gagner Derrière le fric, la braise, le flouze et les lovés 

Sous Coty ou De Gaulle, Giscard ou Mitterand Toujours la gueule ouverte mais rien à mett’ dedans 

Et j’ai pigé ainsi tout au long de ma course Qu’à l’instant où la merde sera cotée en bourse 

Selon la vieille loi du “qui rêve est perdu” Les types comme moi naîtront sans trou au cul 

Et pour permettre aux riches d’encaisser deux fois plus  Ils auront au berceau le droit à deux anus   

7 avril, 2008

Stultum mater gravida semper est (Pampillette II)

Classé dans : Non classé — jcbar @ 17:28

Les crétins me font chier, y’en a ras l’bol des cons A tous les coins des rues on en fait collection Mesdames et messieurs choisissez vos connards! Les idiots sont légion alors moi j’en ai marre 

C’est class des enclumes, plein l’cul des tartignolles  Virons-les des bureaux, chassons-les des écoles. On les voit de partout contents de se montrer Si c’est pas malheureux ce qu’on doit regarder! 

Dites leurs qu’ils nous infectent, qu’ils aillent se faire voir  Tous les cons inconnus et tous les cons notoires. Les vrais fauteurs de guerre, de misère, de riflette Ceux qui ont fait leur graisse jusque sur nos défaites. 

T’en connais des milliers mais tu fermes ta gueule  Tu sais rien de leur vie non plus de ce qu’ils veulent Tu les crois sans danger mais ce qui est bien pire Y’en a un quelques fois qui te fait même rire. 

Tout comme les lapins ils se reproduisent vite  Parce qu’ils ont aussi le culte de la bite Qu’ils se la mettent au cul, qu’ils se la fourrent en bouche. Ils naissent par flopées, par nuées comme les mouches. 

Sous le p’tit con déjà s’entrevoit le raciste  Trois idées rabâchées et le voilà en piste Contre toi, contre tous, les juifs, les noirs, les crouilles, Les moustachus, les beaux ou ceux qui ont trois couilles. 

Nul n’est jamais normal pour un con de bataille  Les oreilles trop grandes ou de petite taille Toujours bon pour le suif, les coups, tous les bastons Le con n’aime personne et surtout pas les cons 

Car ils se flairent entre eux s’enculent et se détestent  Se fuient comme la vérole, choléra ou la peste. Et si vous rencontrez un con qui se repent Ne le croyez pas trop, pensez à un serpent 

L’intérêt toujours guide l’enclume de tout bord  Lorsqu’il dit “mon ami” il pense “ma gueule d’abord”. Bien sûr ils sont méchants, avides, sans pitié Ils se baladent en bande, par ruche, par quartier. 

Léchant les pieds des grands en pleurant leur misère  Quitte à botter ensuite le cul d’un pauvre hère Plus rien ne les arrête et s’ils nous envahissent Faisant sur leur passage beaucoup d’autres complices 

La loi du plus grand nombre sera en leur faveur  Il nous feront passer un bien triste quart d’heure. Je n’en puis plus, disais-je, de leurs gueules d’empeigne Il faut que je le crie avant qu’ils ne m’atteignent 

Chaque jour ils seront plus nombreux que la veille  Comptez-vous à la nuit, comptez-vous au réveil Car un fait important alimente mes craintes 

C’est que la mère des cons sera toujours enceinte!

bargejean@yahoo.fr 

7 septembre, 2007

A l’ombre du Docteur Moreau

Classé dans : Non classé — jcbar @ 18:14

Ces histoires de clonage, saloperies biogénétiques, ce que font les Anglais avec le mélange homme/vache peuvent se révéler extrêmement dangereuses dans les mains de ces abrutis de savants. L’homme chiure n’invente et ne produit que chiure. A chaque époque ses dingues, nous avons droit, au XXI° siècle, à l’absolue folie: la soi-disant perfection scientifique et ses gourous, sorciers. Notre civilisation des contradictions ne nous prive de rien en la matière; d’un côté l’avortement non contrôlé et le clonage sauvage de l’autre et maintenant cette proximité entre cellules animales et cellules humaines (seulement les Anglais pouvaient concevoir cette aberration ! ). On refuse l’enfant comme nature le donne. Nous désirons choisir la couleur des yeux, la forme de la tête, les cheveux blonds ou bruns. C’est la course au génie pré confectionné, au QI 150 garanti par le producteur. La normalisation du super-beau, superfin, super-chibre, super-chaglate, super-roberts, super-tout-en-toute-chose-n’importe-quoi, se trouve à portée de main. Un monde sans tares héréditaires, sans idiots congénitaux grâce aux gènes rectifiés, la banalité du super-homme-super. Quelqu’un décidera bien un jour que les moustachus sont dégénérés ou que les chattes larges n’ont plus les faveurs de la mode génétique. Alors, hop! petite manipulation, plus de poils sous le nez pour personne et les cramouilles passerons au jus de citron synthétique pour se resserrer. Les nanas, la moule dans une bassine de gynéco-vinaigre, en file indienne comme chez le coiffeur. Aller, on nous en prépare des sévères et des bien corsées. Sachons que les savants ne savent pas qu’ils ne savent rien, ces débiles, disait à peu près Platon, même s’ils continuent de prétendre qu’ils savent, ces farceurs maîtres du néant. Les pires merderies fumiesques, hors de notre actuelle imagination, s’insinuent, grandissent, gonflent, éclatent en ce moment dans les labos. Chercheurs, chercheuses de la planète en train de pipeter de l’ADN de morpion juste pour savoir pourquoi on se gratte. Les gènes de moineau bien manipulés et introduits précisément là où il faut nous permettrons de voler. Garantie pour 100.000 kilomètres, deux vidanges et replumage aux frais de la maison. Suffit d’attendre patiemment sur les côtes de L’île du docteur Moreau pour être servis. 

Les pots cassés ne se solderont pas facilement. Dans un, deux, trois siècles notre époque sera maudite ou louée. Mais cela dépend-il encore de nous? 

  

                                                                                           Justin Barge   

26 juin, 2007

Verba pampillette

Classé dans : Non classé — jcbar @ 17:43

A l’heure de subir leurs façons, leurs envies
Avant que de laisser mon estomac pourri
Aux mains des carabins ivres et facétieux
“Jetons aussi la rate, vous vous sentirez mieux”
Encore plein de raison en ce beau mois d’Avril
Alors qu’ils vont vider ma réserve de bile
Une seule pensée trotte dans mon esprit
C’est celle du Français que l’on parle et écrit

Moi, plumitif inculte, vieil argotier fumiste
Renieur d’Académie, Grand Châtreur de puristes
Je m’insurge et je rue sur ce lit d’hôpital
Quand j’entends mon Français traité tout aussi mal
Qu’un quelconque patois, idiome de tribu,
Langue défigurée, prête pour le rebut
Où d’autres langues mortes déjà ont sépulture
Et qui a vu périr trop de vieilles cultures

Bien sûr qu’en cette époque de langues sans nation
Métissage des races, mélanges… intégration
Nous voilà bien contraints aux mots venus d’ailleurs
A imiter les sons d’étrangers bredouilleurs
Venus on ne sait d’où pisser sur nos coutumes
Je dis ici sans haine mais non sans amertume
Qu’ils écorchent nos mots sans savoir les écrire
Et qu’ils y trouvent même raison de bien en rire

Choisir des expressions de l’anglais insulaire
Donner à nos discours un tour élémentaire
Et même proposer la simplification
De nos mots difficiles comme si leur formation,
Leur étymologie n’avait point de noblesse
Pour leur donner,dit-on, un bon coup de jeunesse
Et pour faciliter la dictée aux enfants
Enlever certains “ph” comme dans éléphant
Ou bien que nénuphar soit écrit avec “f”
Pour la même raison Delphes deviendrait “Delfes”
Oter tous les accents qui créent de l’embarras
Pour la compréhension? Advienne que pourra!

Notre langue s’effrite, explose et fout le camp
Elle glisse vers sa fin lentement mais sûrement
Entraînant avec elle toutes nos habitudes
Mais il nous reste encore deux de nos certitudes
Et j’en veux rassurer les morts du Panthéon
Les fous resteront “fous” et les cons toujours “cons”

bargejean@yahoo.fr

18 juin, 2007

Libérez Sisyphe !

Classé dans : Non classé — jcbar @ 17:20

Libérez Sisyphe !

Prométhée me disait l’autre jour que Sisyphe n’était qu’un balourd sans imagination. Ce qui bien sûr ne rend pas justice à la thèse de Camus. Mais on dit bien, lors d’un décès que : “Ce sont toujours les meilleurs qui s’en vont”. Ce qui signifie que tous ceux qui survivent contredisent la théorie de Darwin. En attendant Sisyphe continue de rouler son rocher et personne ne signe de pétition pour le libérer de sa peine. Je propose la création du Mouve-ment International pour la Libération de Sisyphe. Chacun sait que Zeus se conduit en dicta-teur libertin et qu’il condamne à tort et à travers au gré de ses intérêts personnels. Le temps est venu de mettre fin à cette tyrannie. Pour adhérer au M.I.L.S. envoyer un courriel à la boîte aux lettres de ce blog : jeanfilly@yahoo.fr.

Prométhée me disait l’autre jour qu’il détestait les aigles. Prévert, se mêlant à la conversa-tion le mégot aux lèvres, répondit que ceux qui n’aimaient pas les oiseaux étaient des serins. Il y avait là une contradiction que l’on pouvait rapprocher de l’histoire du canard qui s’empiffrait d’oranges. Si l’on continue dans ce genre d’extravagance on peut toujours dire que Pia Cramling a les seins comme ceux de Greta Garbo, ce n’est pas lui faire un compli-ment. N’empêche que j’aime les seins de Pia Cramling surtout quand elle joue la défense si-cilienne (variante Najdorf B85).

Prométhée me disait l’autre jour que celui qui tient la torche reste dans l’ombre mais qu’il voit tout. Il faut préciser que le Titan s’était à peine goinfré d’ambroisie et qu’il s’était shoo-té à l’hydromel. Ses mots en liberté, dictés par les fumées alcoolisées, se dévidaient à flots atrabilaires sans aucune retenue. Il ne supportait pas de devoir se réveiller à sept heures du matin pour voir et surtout entendre Laura du web. «Je vais leur écrire moi à leur téléchose pour qu’ils la mettent en onde toutes les heures et surtout qu’elle parle, nom de Zeus, qu’elle parle.»

Prométhée me disait l’autre jour qu’il ne comprenait pas la défaite d’Hector et qu’Achille lui tapait sur les nerfs depuis qu’il se prenait pour Brad Pit. Prométhée est comme ça, tout feu tout flamme mais il aime le cinéma.

Prométhée me disait l’autre jour que le lieutenant Colombo est plus snob qu’Hercule Poirot.

Kaiser Sozet

Les chemins du Jazz |
Globe trottinage |
Lettres et le nez en l'air |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | souzi2layn
| Au delà de la raison
| DELIRE DES MOTS